Sortir du nucléaire en moins de 10 ans : c’est possible, et sans CIGEO

Aujourd’hui, nous sommes tous et toutes d’accord pour dire que le nucléaire conduit inévitablement à une impasse : parce-qu’il créé fatalement des déchets radioactifs et que nous ne disposons d’aucun moyen pour les stocker en sûreté, parce-que les sites de stockage arriveront bientôt à saturation et que l’unique solution proposée aujourd’hui par la filière nucléaire est le stockage souterrain afin qu’elle puisse perdurer. Face à ce constat, deux questions se posent :

-Puisque le nucléaire n’est pas une énergie dont la production et l’exploitation sont maîtrisées, sommes-nous vraiment obligé.es de continuer à en produire ? Et si non, qu’est-ce que cela changerait dans nos modes de vie : serions-nous obligé.e.s de consommer moins, voir de retourner à la petite bougie ? Quel impact cela aurait-il sur notre économie ?

– Tout cela n’empêche pas que « des déchets existent, et qu’il faut bien en faire quelque chose » : CIGEO est-il vraiment « la moins pire des solutions » ?

Claude Kaiser, élu meusien opposé depuis 1994 à l’enfouissement des déchets à Bure a mené avec ENERCOOP un considérable travail de recherche sur le sujet dans lequel ils démontrent la possibilité d’une sortie de l’énergie nucléaire en moins de 10 ans. Dans ce travail ils répondent également à la deuxième question posée, en expliquant en quoi CIGEO n’est pas la moins mauvaise des options : il existe des alternatives moins dangereuses et plus viables sur le long terme.

Discutons-en !

Intervenants : Claude Kaiser, élu meusien opposé à l’enfouissement des déchets à Bure et membre de l’EODRA (Elus Opposés à l’enfouissement des Déchets Radioactifs) ; Jean-Marc Fleury, président de l’EODRA.

04/04/2019

NOVEMBRE