[Stocamine] Rassemblement à Wittelsheim contre l’enfouissement de déchets toxiques (13h)

Publié à l’origine sur manif’est

 

Appel à converger pour défendre la ressource en eau, contaminée par les déchets toxiques, à Wittelsheim (projet Stocamine), le 23 novembre 2019 à 13h (le lieu plus précis sera communiqué plus tard sur https://www.destocamine.fr/)

Stocamine, dans le Haut-Rhin à Wittelsheim, est un centre souterrain de déchets chimiques, promis comme réversible aux habitant·es. En 2002, un incendie en profondeur survient et dure pendant 2 mois : les déchets menacent de contaminer la plus grande nappe phréatique d’Europe. Doit-on les remonter à la surface ou bien fermer le centre à jamais, la première solution étant bien plus onéreuse que la seconde ? En mars 2017, la décision de fermeture définitive est alors prise par les pouvoirs publics. Le 18 septembre 2018, un rapport parlementaire parle de Stocamine comme un « cas d’école de toutes les erreurs à ne pas commettre ». [1]

De quoi nous rappeler le projet d’enfouissement de déchets hautement radioactifs nommé CIGEO qui pourrait s’implanter prochainement à Bure [2], à plus de 200km de là… D’ailleurs, le 28 mars dernier, les communes de Bure et Wittelsheim ont été jumelées non-officiellement par des opposant·es à Cigeo et Stocamine, comme « continuum dans le mensonge ». Comme expliqué dans le texte sur le jumelage [3] :

Quel est le point commun entre un projet d’enfouissement des déchets nucléaires et un centre de stockage profond de déchets industriels dangereux ?

Dans les deux cas, les autorités séduisent, mentent et méprisent la population locale.
Dans les deux cas, elles prennent le Grand Est pour une poubelle en enfouissant des déchets au nom des générations futures… en condamnant leurs sous-sols ! La promesse de la réversibilité de Stocamine a été enfouie avec les déchets chimiques et rompue en 2002 lors d’un accident qui a condamné le site. Depuis presque 20 ans, habitant·es, associations et élu·es bataillent pour extraire ces déchets qui menacent de contaminer définitivement leur territoire.

A Bure nous rappellerons toujours l’exemple de Stocamine comme ce qu’il ne faut plus faire, et à Wittelsheim nos camarades présentent Cigeo à la lumière de ce qu’ils ont vécu : il ne doit pas voir le jour !

Il y a un nouvel appel à converger pour défendre la ressource en eau, contaminée par les déchets toxiques, à Wittelsheim, le 23 novembre 2019 à 13h (le lieu plus précis sera communiqué plus tard sur https://www.destocamine.fr/ )

___
Une personne, souvent à Bure, ayant échangé avec une personne de Wittelsheim sur Stocamine lors du week end Vent de Bure, à Nancy. J’ai préféré prendre le temps de rédiger cet article plutôt que de relayer l’appel du collectif Destocamine, dont les prises de positions convergentes et citoyennistes ne me parlaient pas.


23/11/2019

NOVEMBRE