Lorsque l’Andra veut se payer un bâtiment à 10 millions pour les flics

Une « déclaration d’intention » (retrouvable ici) est apparue en mars 2022 par l’Andra – document produit par la responsable de communication de l’Andra Dominique Mer. On y apprend le projet de construction d’un nouveau bâtiment pour les 80 gendarmes en ce moment sur son territoire pour une première estimation de somme à 10 millions d’euros. Soit 125 000 euros par gendarme dans le bastion de l’Andra…

Le projet commencerait en fin 2024 pour être fini en 2027. Ce qui acte la volonté d’ancrer la présence policière sur le très long terme. Cet escadron de gendarme a pour objectif de compléter la présence des gendarmes locaux pour surveiller et gérer les opposant.es au projet Cigéo (et semer la peur au quotidien sur le territoire). Ce projet est en complément de la construction d’une nouvelle gendarmerie flambant neuve à Gondrecourt. Encore un nouvel exemple qui appuie comment l’Andra se finance une milice (revoir l’article À Bure, l’agence des déchets nucléaires se paie des gendarmes).

Le document nous apprend joyeusement que c’est un projet écologique, car les bengalow en ce moment proposé aux gendarmes ne sont pas aux normes environnementales… Lorsque loger des milices c’est faire de l’écologie.

« Les enjeux de ces nouveaux bâtiments sont :
• d’améliorer les conditions d’hébergement des engagés ;
• d’adapter les locaux aux matériels et capacités d’entretien, de réparations, de lavage et de remisage des engins ;
• d’améliorer les capacités logistiques et de magasinage ;
• d’augmenter la capacité de l’espace d’entraînement ;
• de réaliser des économies d’énergie avec des bâtiments répondant aux dernières normes environnementales.

[…] Le projet sera composé :
• de locaux administratifs (bureaux, espace de vie et de convivialité) ;
• d’une zone d’hébergement en étages sur 2 niveaux ;
• d’installations techniques dédiées (atelier de réparation des véhicules, activités supports …) ;
• d’un espace de parking de stationnement ;
• de nouveau réseaux (transformateur, réseaux informatiques, …).
Soit environ 2 200 m 2 de surface utile + 800 m2 de parking. »

En plus de loger des gendarmes, est donc prévu plus d’espace pour faire de la surveillance numérique, plus d’armements et un plus grand parking pour pouvoir faire venir plus de flics encore au besoin des moments.

Il n’existe pas de projet nucléaire qui ne soit accompagné d’une société policère autoritaire. Pour la répression comme pour le nucléaire les budgets sont illimités.

Localisation proposée pour la future gendarmerie.

08/04/2022

ANDRA
police
répression
zone gendarmerie

Et sinon, 60 jours avant
on écrivait ça
sur le même sujet.

GIP = argent sale du nucléaire

Ces derniers mois, nous avons tagué plusieurs panneaux de travaux financés par le GIP Meuse, dans différentes villes et villages autour de Bure, pour dénoncer la corruption et l’autoritarisme...   Lire la suite